DINOTOXTRA

lundi 18 février 2013

Vers un systèmes anti-météorites Russe !





Vers un systèmes anti-météorites Russe !

Le complexe unifié mondial de mesures de sécurité anti-météorites comprend plus d'une vingtaine de variantes de lutte contre les météorites, les comètes et d'autres corps célestes dangereux. Les chercheurs russes et les secouristes examinent en premier lieu les situations où il est impossible de détecter le corps céleste à l'aide des radars. Comme ce fut le cas dans l'Oural il y a quelques jours. Un système de défense civile doit être créé, pour que les gens puissent se protéger dans des refuges, des bunkers et même dans le métro en cas de danger. De plus, les spécialistes du Centre de défense planétaire ont l'intention de mettre sur orbite des satellites spéciaux qui détecteront les objets dangereux se trouvant à proximité de la Terre, a expliqué à La Voix de la Russie le directeur général du Centre de défense planétaire Anatoly Zaïtsev.
4646486423_7f899c8fea.jpg
« Pour cela, il faut placer sur l'orbite des appareils spatiaux équipés de télescopes. Il est impossible de détecter ces objets depuis la Terre, parce que les astronomes voient seulement la face ténébreuse du ciel, mais un météorite pourra venir du côté ensoleillé. Deuxième étape : étudier en détail l'objet céleste. Pour cela, il faut des fusées d'inspection. Nous pourrions les lancer selon des trajectoires courtes, pour étudier toutes les caractéristiques de l'objet. Sur la base de ces données, nous lancerons des engins intercepteurs. Le principal, c'est de dévier l'objet de sa trajectoire afin qu'il ne heurte pas la terre. Il faudra probablement le détruire ».
Les chercheurs ont déjà analysé des fragments du météorite de Tcheliabinsk. Ils ont conclu qu'il n'aurait pas d'impact sur la santé des gens, souligne le chef du service de presse de l'Université fédérale de l'Oural Dmitri Penemanski.
« Les fragments on été sciés, une analyse chimique a été réalisée, qui a confirmé la présence de substance météoritiques. Le groupe de chercheurs de l'université est reparti pour le lac Tchebarkoul. Nous espérons y trouver des fragments plus gros. Mais d'après les échantillons existants, on sait déjà qu'il s'agit de chondrite, un météorite pierreux ordinaire qui ne présente aucune menace pour la vie sur notre planète, mais qui intéresse beaucoup les chercheurs ».
Pendant que les scientifiques examinent le météorite de Tcheliabinsk, les habitants ont ouvert une vraie chasse aux pierres célestes. Sur le web, on propose déjà des fragments du corps céleste dont le prix atteint 15 mille dollars. T
la Voix de la Russie           

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire