DINOTOXTRA

mardi 5 février 2013

Quel est la différence entre un chien et un loup ?


Quel est la différence entre un chien et un loup?

Certes, bien des chiens ne ressemblent pas à des loups, mais ils en sont les descendants directs. Le loup est carnivore, et le chien préfère bien entendu un bon steak à un plat de pâtes, mais donnez-lui des pâtes, et il finira par les manger. C'est que le système digestif du chien s'est adapté à la consommation humaine de nourriture à base d'amidon. Le chien a en réalité évolué pour pouvoir manger des choses plus variées que le loup. Cela nous rappelle que les chiens et les humains partagent des histoires parallèles et similaires sur le plan évolutif. 

 6080471801_30395c6bc7.jpg

Tous les chiens que vous voyez à présent, aussi variés soient-ils, descendent du loup. Cette domestication s'est produite il y a un peu plus de 10 000 ans de cela, en Eurasie, et le débat fait rage pour savoir plus exactement comment cela s'est produit. Des chercheurs suédois en génétique et en évolution (université d'Uppsala) ont comparé finement l'ADN du chien et celui du loup. 

 

L'analyse a permis de montrer qu'il y a 36 régions comportant 122 gènes qui ont contribué à l'évolution du chien (par rapport au loup). 19 de ces régions concernaient des gènes importants pour le cerveau dont 8 pour le développement du système nerveux ; c'est logique étant donné les modifications comportementales qui ont été à l'œuvre et qui font que le chien ne se comporte plus tout à fait comme un loup. 

Ce qui a surpris les chercheurs est qu'il existe chez le chien des gènes pour la digestion de l'amidon. Alors que le chien dispose de 4 à 30 copies pour réaliser de l'amylase qui sert à la digestion d'amidon, le loup ne se contente que de deux (un sur chaque chromosome). Le gène en question est 28 fois plus actif chez le chien. Plus de copies signifie plus de protéines. Des essais en laboratoire ont montré que les chiens seraient 5 fois plus à l'aise que le loup pour la digestion de l'amidon, que l'on retrouve dans le blé et le riz, des aliments riches en glucides. On retrouve un effet génétique similaire chez les humains : les Américains du Nord (ou Européens) ainsi que les Japonais ont plus de copies du gène que certaines tribus d'Afrique (Mbutis) qui mangent peu de céréales. 

 

Un autre gène code la synthèse de l'enzyme maltase qui est importante pour la digestion de l'amidon. Les chiens produisent de plus grandes versions et l'on retrouve ce genre chez des herbivores comme les vaches et les lapins ou encore les omnivores comme le rat. 

C'est l'agriculture qui a induit ces changements. Cette découverte supporte l'idée que les humains et les loups ont commencé à se « fréquenter » de plus en plus lorsque les humains ont arrêté d'être nomades, se sont installés et ont développé des pratiques agricoles. En gros, les loups ont été tentés de « faire les poubelles », mais il y avait plus de céréales que de bouts de viande à se mettre sous la dent. Un peu comme les humains avec le lait, ils se sont adaptés à digérer les céréales (dans une certaine mesure).

 La toile



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire