DINOTOXTRA

jeudi 6 décembre 2012

La fonte de la calotte glacière permet la mesure précise du réchauffement climatique

Rejoignez la communauté SCIencextrA


http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71647.htm
Grâce aux observations satellitaires, la fonte des calottes glaciaires a pu être enregistrée avec précision durant ces deux dernières décennies, un laps de temps durant lequel la mesure de la quantité exacte de banquise disparue au Groenland ou en Antarctique était encore controversée car les méthodes de calcul employées donnaient des résultats contradictoires. En effet dans son rapport sur le climat de 2007, le GIEC [1] n'avait pas pu estimer si les glaces du pôle Sud subissaient une expansion ou un rétrécissement. 

Une équipe internationale d'experts, dont des scientifiques de l'Université technique de Munich (Bavière), ont analysé l'ensemble des dernières données satellitaires et ont pu décrire le phénomène de fonte avec précision : les deux calottes glaciaires disparaissent, mais à des rythmes différents. En outre, le niveau de la mer a augmenté de 11,1 millimètres depuis 1992. Deux tiers de cette montée est due à la fonte des calottes glaciaires du Groenland et le reste à celles de l'Antarctique.

L'étude publiée dans Science [2] montre également une accélération de la fonte des glaces. Le Groenland et l'Antarctique perdent aujourd'hui trois fois plus de glace que dans les années 1990. Cela correspond à une élévation annuelle du niveau de la mer de 0,95 mm en 2012, comparée à 0,27 mm vingt ans auparavant.

Enfin, la dynamique du phénomène est très différente pour les deux pôles. Il ressort également de ces données satellitaires que le déclin de la calotte glaciaire du Groenland a presque quintuplé depuis le milieu des années 90. En revanche, le rétrécissement de l'Antarctique est relativement constant d'année en année, bien qu'il existe une variabilité régionale parfois très importante.

--

[1] le GIEC, ou IPCC en anglais, est le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat créé en 1988 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). Il a pour mission d'évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d'ordre scientifique, technique et socio-économique qui sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d'origine humaine - http://www.ipcc.ch

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire