DINOTOXTRA

samedi 16 février 2013

Un tatouage électronique qui surveillera votre santé ou pilotera des objets.


Nanshu Lu en plaisante. Grâce à son invention, «vous n'aurez plus à deviner les pensées de la personne que vous aimez, vous saurez immédiatement si vous lui plaisez». «Joyeuse Saint-Valentin!», lance-t-elle à l'assistance du forum NetExploà Paris, dont elle a reçu le grand prix jeudi.
Entourée d'une équipe de chercheurs à l'université d'Austin au Texas, Nanshu Lu a développé un tatouage électronique, que l'on s'applique sur le corps. Cette fine membrane de silicone s'adapte aux déformations de la peau et résiste à l'eau durant plus d'une semaine, ce qui semblait au début du projet «une mission impossible», explique Nanshu Lu. Les composants captent les signes vitaux les plus infimes, comme le pouls, la température et les vibrations des cordes vocales.
«Les applications possibles ne sont limitées que par notre imagination», s'enthousiasme la chercheuse chinoise. La transmission des données s'effectue sans fil, grâce à des émetteurs intégrés au tatouage. Les médecins pourraient veiller sur leurs patients, à domicile ou à l'hôpital, en se passant d'électrodes, mais aussi suivre l'évolution d'une grossesse ou analyser les nuits de personnes atteintes de troubles du sommeil. Un pilote de Nascar, Paulie Harraka, a déjà testé le dispositif pour mesurer son taux d'hydratation durant une course automobile.

«Le corps devient un outil»

Le tatouage électronique de Nanshu Lu devrait aussi permettre de contrôler des objets à distance en bougeant certaines parties du corps, sans recourir à des capteurs de mouvements. Placé sur le cou, il détectera l'action des cordes vocales et reconnaîtra les mots prononcés. Sur le front, il analysera les montées de température, et donc les manifestations de certaines émotions. Le système pourra encore s'améliorer, en incluant une batterie lithium-ion et une mémoire interne.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire