DINOTOXTRA

samedi 9 février 2013

Un moteur à microbres.


Un moteur à microbres.

Une minuscule roue à picots en plastique, immergée dans un "bain" de micro-organismes qui, bien que s'agitant de façon chaotique, la font tourner de façon régulière : ainsi fonctionne le premier moteur à bactéries du monde, construit en Italie. Chacune des roues dentelées qui composent le moteur en plastique a un diamètre de 40 à 50 micromètres et est absolument asymétrique, avec des dents de longueurs différentes mais toutes orientées dans la même direction.

En 2006, des chercheurs japonais en avaient fait l'hypothèse et c'est grâce à une équipe de chercheurs de l'Université La Sapienza de Rome, dirigée par le professeur Giancarlo Ruocco, que cela est devenu une réalité, ouvrant la voie à la mécanique miniature. Selon M. Ruocco, "Le travail des physiciens est plus ou moins fini. A présent, il faut se mettre au travail pour le transfert technologique". La première application à court terme serait l'utilisation dans le cadre des laboratoires sur puce (lab-on-chip), ces minilaboratoires qui permettent de réaliser en un temps record des analyses sanguines et chimiques. En effet, ces micro dispositifs nécessitent des mécanismes capables de déplacer des fluides, ce qu'actuellement aucune technologie ne peut faire mais ce que pourrait réaliser le moteur à bactéries.

Une autre application pourrait voir le jour à plus long terme, mais selon les chercheurs, une dizaine d'années sera encore nécessaire pour y parvenir. Il s'agit de la production d'énergie à bas coût. En effet, d'après le fonctionnement de ce nouveau moteur, il serait envisageable à terme de transformer l'énergie chimique des colonies de bactéries afin de produire du courant électrique.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire